6 Comportements pour mieux gérer ses ressources cognitives

ÉVITEZ LES SOURCES DE DISTRACTION: emails, SMS, discussions sur les réseaux sociaux … Dans notre société hyper-connectée, nous sommes sollicités de toutes parts. D’après une étude publiée en 2010, il-serait impossible pour un salarié français de rester concentré sur une tâche plus de 12 minutes sans être interrompu. Pour y remédier, « débranchez » au maximum: coupez votre téléphone, quittez votre navigateur internet et votre messagerie. Pour une durée limitée, mais pendant laquelle vous gagnerez en efficacité.

MODULEZ VOTRE EFFORT EN FONCTION DU TYPE D’ACTIVITÉ: face à une tâche peu intéressante, il est difficile de rester investi. Vous pouvez par exemple vous fixer des objectifs précis, par étapes, qui, vous permettront de mieux quantifier l’effort à fournir, ou encore programmer une activité plus agréable juste après, à la manière d’une récompense.

Pour les tâches complexes, il faut essayer d’anticiper le plus possible afin de se préparer de façon adéquate. Dans un cas comme dans l’autre, la charge mentale est importante. La durée de sollicitation doit donc être limitée dans le temps afin de ne pas épuiser ses ressources.

DÉVELOPPEZ VOTRE EXPERTISE: améliorer notre connaissance d’un domaine nous permet d’augmenter le nombre d’informations que nous traitons de manière automatique, et donc de diminuer la charge mentale. Un jeune conducteur, par exemple, devra se concentrer sur l’embrayage, le passage des vitesses, les commandes au volant, tout en prêtant attention à ce qu’il se passe sur la route. Un travail cognitif important! Avec plus d’expérience, le même conducteur aura automatisé tous ces gestes. Il sera donc en mesure de dégager de nouvelles ressources pour renforcer son attention.

DONNEZ DU SENS À CE QUE VOUS FAITES: avoir conscience de son rôle dans un processus général, de production par exemple, est primordial pour rester motivé. En considérant de manière globale l’entreprise au sein de laquelle vous travaillez, vous vous rendrez compte de l’importance de votre place. Cette vision élargie vous permettra de mobiliser des ressources dans la réalisation d’activités, même fastidieuses.

PRIVILÉGIEZ VOTRE ZONE DE CONFORT: contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, il est peu efficace d’adopter un niveau d’exigence trop élevé, car cela sature nos capacités de traitement. Dans notre zone de confort, en revanche, les données que nous manipulons sont familières. Nous sommes donc capables de structurer facilement un grand nombre d’informations tout en conservant une charge mentale ténue. C’est dans cette configuration que vous réaliserez les meilleures performances sans pour autant fournir d’efforts intenses.

UTILISEZ VOTRE MÉMOIRE ÉPISODIQUE: il s’agit de notre mémoire autobiographique, qui « stocke » les événements que nous avons vécus. Puisqu’elle est associée à notre histoire, nous la maîtrisons particulièrement bien et pouvons manipuler aisément les souvenirs qui la constituent. Par exemple, vous vous souvenez facilement qu’Oulan-Bator est la capitale de la Mongolie si vous y êtes déjà allé. Lorsque vous souhaitez mémoriser une nouvelle information, essayez de vous l’approprier de manière personnelle. Il sera ensuite beaucoup plus simple de vous en rappeler.

Le monde de l’intelligence N°30


Laisser un commentaire